Accueil > Actus du réseau

Communiqué

A propos de la venue de la Ministre de la justice à Lavaur

27 juin 2007

Communiqué du collectif anti-EPM

A propos de la venue de Madame de la Ministre de la justice à Lavaur :

« A l’occasion de la venue de madame la ministre de la justice à l’établissement pénitentiaire de Lavaur le 28 juin, le collectif anti EPM de Lavaur* rappelle une fois de plus que la prison n’est pas la réponse adaptée au malaise des adolescents difficiles et refuse la priorité actuelle donnée au développement des mesures carcérales.

La mise en fonction des deux premières prisons pour mineurs à Lavaur et Mézieux (Lyon) démontre, tragiquement, que la logique pénitentiaire est incompatible avec l’éducation : répression accrue, enfermement en cellule disciplinaire, intervention des Equipes Régionale d’Intervention et de Sécurité pour des mineurs refusant de rejoindre leurs cellules. Ces prisons n’existent que pour satisfaire « une clientèle électorale » ! La Chancellerie a-t-elle si peur de la jeunesse pour vouloir doubler le nombre de mineurs enfermés en créant toujours plus de prisons et des peines plancher pour les remplir ?

Le gouvernement s’apprête à faire voter cette nouvelle réforme durcissant encore plus le régime de répression des mineurs récidivistes déjà renforcé par la loi dite de prévention de la délinquance de mars 2007.Ce projet, en effet, conduira à prononcer, par exemple, pour l’adolescent, dès l’âge de treize ans, déjà condamné deux fois pour vol à l’étalage, une peine d’un an d’emprisonnement. Le juge ne pouvant écarter cette peine qu’en visant « des garanties exceptionnelles de réinsertion ».

Malgré l’avis du Conseil constitutionnel de 2002 rappelant que l’atténuation de la responsabilité pénale et la priorité éducative sont une constante de nos lois depuis plus d’un siècle, la première loi DATI s’annonce comme une terrifiante régression.

Le collectif anti EPM appelle tous ceux qui refusent ce renoncement à l’éducation de nos enfants, même délinquants, à faire part de leur opposition auprès des parlementaires et sénateurs. »

*Le collectif anti EPM (LDH, SNPES/PJJ/FSU, Syndicat de la Magistrature,LCR, PCF, Ras l’Front, le CRI,le collectif Résistance à la Délation 31)