Accueil > Local Friture > Archives agenda Local Friture

Jeudi 15 avril - 21h

Concert de Hang

7 € non adhérents, 6 € adhérents

Le concert

Hang moods, littéralement, « humeurs de hang », est un ensemble de pièces musicales composées avec et pour un Hang, en acoustique.
D’humeurs vagabondes, les morceaux reflètent différents états d’âmes auxquels chacun peut s’identifier : inspirations de voyage, fougue, instants contemplatifs, légèreté, plaisir, déchirance.
C’est un concert intimiste d’environ une heure, dans lequel un dialogue s’instaure avec le spectateur. Un partage musical, verbal, rythmique, extrasensoriel aussi. Le Hang est un instrument qui amène un univers bien particulier, par sa couleur sonore unique, à la fois claire et chaleureuse, envoûtante.
De par sa forme ronde, le hang libère aussi une harmonie visuelle. Les mains du musicien dansent, tournent, valsent sur l’instrument, paraissant même voler au dessus.
La majorité des pièces sont mélodiques, utilisant les notes sculptées sur le dessus de l’instrument, certaines sont purement rythmiques, utilisant le dessous de l’instrument, un côté percussif sans notes (comme dans le morceau « Appel de hang à l’uni-solo », adaptation rebaptisée d’une pièce burkinabaise pour 3 tambours nommée originellement « Appel de tambours à l’unisson »). Certains morceaux se jouent des 2 côtés à la fois, l’instrument posé verticalement, comme dans « Le 5 » ou « balaie moi l’d’jazz »).

Style de musique : trad, world , jazz, contemporain
Vidéo et musique sont sur : http://www.myspace.com/hangmoods

L’instrument

Le Hang est un instrument de musique acoustique inventé par Felix Rohner et Sabina Schärer de Berne en Suisse en 2000.
C’est le seul instrument de percussion mélodique que l’on peut jouer sans baguettes, simplement à a main. Sa richesse harmonique est exceptionnelle.
Il est le résultat de 25 ans d’expérience, acquise dans la construction de « steel drums » ainsi que d’une recherche acoustique et métallurgique sur beaucoup d’autres instruments du monde (gong, gamelan, ghatam, tambour, cloche, scie musicale, etc.).
Le Hang a la forme d’une sphère métallique aplatie de 53 cm de diamètre et 24 d’épaisseur. Il comporte neuf notes. 8 disposées en corolle et une est centrale. Chaque note comporte une fondamentale et deux harmoniques, pouvant être jouées indépendamment, ce qui permet d’obtenir 27 notes différentes. Les notes peuvent également résonner par sympathie. La note centrale (le Ding) fait résonner l’air à l’intérieur du hang et produit un son grave émis par l’anneau percé sous le Hang (le Gu). L’envers du hang produit une note de udu (cruche).
En dialecte bernois, « Hang » signifie main.
Le Hang ouvre un univers sonore et harmonique très riche de par l’ambitus sonore dont il dispose (du mi2 grave jusqu’au mi6 aigue, soit un intervalle de 5 octaves, supérieur à une guitare par exemple), de par les différentes techniques qu’on peut utiliser pour le faire résonner (frappe des différentes parties de la main, frottements, picotements d’ongles…) ainsi que par les différentes zones de jeu aux sons bien distincts qu’il offre.
Moins de 5000 exemplaires ont été fabriqués.
Chaque Hang est fabriqué à la main et constitue une véritable sculpture sonore.
Le Hang joué lors de ce concert est une pièce unique, commandée en accordage de « La aéolien » à Félix Rhoner en 2002.
D’après Felix Rohner et Sabina Schärer, « le hang a touché l’âme des individus de toute part dans le monde. On le trouve dans les mains des moines modernes, sur les petites et grandes scènes, dans des cérémonies religieuses, dans des rituels magiques, dans des centres de thérapie, dans les écoles et dans différents styles de musique comme une nouvelle couleur et dans les endroits silencieux propice à la reconstruction personnelle. »

L’instrumentiste

Formé aux percussions et au piano jazz à Music Halle (Toulouse), Jean-Philippe Carde est compositeur et musicien performer multi-instrumentiste acoustique et électro. Il développe depuis de nombreuses années un instrumentarium très varié qui l’amène à participer à des projets artistiques pluridisciplinaires dans le monde du spectacle vivant (musique du monde avec Duos, théâtre avec Romantica, jazz afrobeat avec Zingabe, danse contemporaine avec la danseuse chorégraphe Sara Martinet avec qui il fonde la Compagnie Les Baigneurs : spectacle « le Bain », « Numain », « Dérangement symphonique »…), performances en lien avec des vidéastes…
Acquéreur d’un Hang en 2002, il crée sa propre technique de jeu pour cet instrument, puisant dans des doigtés propres à d’autres instruments qu’il pratique : udu, congas, pandeiro, batterie, piano et notamment du zarb, instrument pour lequel il a reçu la formation du maître iranien Kevan Chemirani.
En 2009, il enregistre Hang Moods, son premier disque de compositions pour le Hang en solo et en acoustique.