Accueil > Actus du réseau

Consommation

Contre la consommation dirigée, Pour une démarche citoyenne

Communiqué de huit organisations

10 avril 2008

Les termes d’agriculture biologique, de commerce équitable, de textile écologique et d’écoconstruction sont tous
récupérés et détournés de leurs buts à des fins mercantiles.
L’attribution des logos qui leur correspondent dépend d’une expertise spécialisée nommée certification. Cette
expertise ouvrant l’accès aux marchés est devenue un enjeu de première importance bien qu’elle n’incite pas à l’amélio-
ration des pratiques, au contraire : elle ne vise qu’à concentrer et sécuriser les approvisionnements des grosses firmes.
Elle est en effet le dernier moyen inventé pour éliminer les petits producteurs qui ne peuvent accéder aux exigences
qu’elle impose.
Pendant que l’Organisation Mondiale du Commerce détruit toutes les protections aux frontières susceptibles de garantir
l’autonomie alimentaire ou économique des peuples, les multinationales multiplient ces nouvelles barrières normatives
pour protéger leur monopole.
Les petits producteurs, les artisans et les commerçants, partout dans le monde, sont soumis aux rouleaux compresseurs
mettant leur subsistance et leur souveraineté en péril. La certification en agriculture biologique entraîne la perte de biodiversité agricole en interdisant les semences paysannes et les races locales. Et depuis que le label Haute Qualité Environnementale (HQE) a été récupéré par les industriels, le béton est devenu « écolo » alors que son coût énergétique est très élevé !

Les organisations signataires actent un effort de convergence pour promouvoir les Systèmes de Garantie Participatif (SGP).

- Ces systèmes recouvrent une diversité d’organisations et de fonctionnements, diversité que nous revendiquons.
- Ils visent tous à améliorer la qualité des produits, les cohérences écologique, sociale et économique dans le respect de
l’homme et de la nature
- Leurs valeurs de bases sont la transparence, la participation et l’intégrité des acteurs, professionnels ou non, le maintien des savoirs locaux, des processus d’apprentissage et d’organisation horizontale.

Les organisations signataires conviennent que :

- la réflexion et les actions sur les rapports entre le local et le global sont indispensables. La relocalisation de l’économie est d’une urgence capitale pour la survie de l’humanité.
- l’implication des citoyens dans la garantie est indispensable pour sortir du diktat des symboles mercantiles (logos,
labels et autres) qui vident de sens le contenu d’une démarche professionnelle citoyenne.

Cet appel est lancé pour faire reconnaître les démarches de qualité couplées aux Systèmes de Garantie Participatifs. Le
souhait est de mettre en place des chaînes de responsabilité et de confiance pour faire évoluer les comportements de
consommation.
L’objectif est de promouvoir une agriculture biologique, bio-dynamique, paysanne, ainsi que le textile écologique,
l’écoconstruction et des transactions commerciales, qui soient justes partout dans le monde, de façon à garantir la sou-
veraineté des peuples pour les besoins essentiels de l’être humain.

Présentation des organisations signataires :

Nature & Progrès :
La Fédération Nature & Progrès (N&P) est fondée en 1964 en réaction à l’agriculture intensive. Composée de professionnels et de consommateurs engagés dans l’agroécologie, elle est à l’origine du premier cahier des charges de la bio
au monde. Aujourd’hui, pour ne pas trahir ses fondements, N&P avance en marge de la Bio officielle devenue industrielle. Ses adhérents se mobilisent pour replacer l’agrobiologie au cœur d’un projet de société visant la souveraineté alimentaire, dans le respect
du vivant, selon une approche globale, réconciliant l’homme avec la planète qui le nourrit. N&P aujourd’hui, c’est une vingtaine de
groupes locaux en France, avec des antennes à l’étranger, en Espagne, au Portugal et en Belgique.
Contact : Jordy van den Akker, tél. 05 63 53 41 47.
Site : www.natureetprogres.org


Minga :

Créée en 1999, l’association Minga regroupe des personnes physiques et une centaine de structures qui participent
à la construction et au développement d’actions et d’outils permettant plus d’équité économique et sociale dans les transactions
commerciales. Ceci, à tous les stades de la filière, et dans tous les secteurs d’activité. Pour Minga, le commerce équitable n’est en
aucun cas réductible à une simple étiquette apposée sur un produit qui serait lui, distribué par des enseignes aux pratiques sociales
discutables.
Contact : Bernard Marrey, tél. 01 48 09 92 53.
Site www.minga.net

Le SABD :
Syndicat d’Agriculture Bio-dynamique, est créé en 1973. Il représente l’organisme dont se sont dotés les agriculteurs
bio-dynamistes pour produire des aliments qui soient plus profitables à l’existence de l’homme, tout en soignant l’environnement
naturel, social, culturel et économique. Le Syndicat d’Agriculture Bio-dynamique est une structure cherchant à rassembler un maximum de professionnels de façon à peser dans les instances nationales et établir un réseau de producteurs. La volonté est de partager
les expériences et de favoriser l’entraide, de faciliter les rencontres, de défendre et de représenter les intérêts des bio-dynamistes,
d’améliorer et de faire connaître leur pratique agricole.
Contact : Didier Vallet, tél. : 05 67 14 31 05.
Site : www.bio-dynamie.org

Alliance Provence :
A pour objectif de sensibiliser le public sur les conséquences des politiques et pratiques agricoles sur
le maintien des agriculteurs, la consommation et l’environnement, et sur les problèmes liés au commerce ou à l’échange des
produits agricoles. Alliance Provence met en place, gère et fédère les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne
(A.M.A.P.), qui rassemblent des groupes de consommateurs et des agriculteurs dans le cadre d’une économie alternative et soli-
daire et d’une agriculture paysanne écologiquement responsable.
Contact : Gaëtan Vallée, tél. : 04 94 98 80 00.
Site : www.allianceprovence.org


Le Syndicat S.I.M.P.L.E.S. :

Créé en 1982 en Cévennes, regroupe 80 producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques et tinctoriales, installés en zone de montagne ou dans des zones préservées. Ils suivent un cahier
des charges (agréé en 1988 par le Ministère de l’Agriculture) très strict en ce qui concerne la protection de l’environnement, la
préservation des ressources floristiques, la qualité de la production et le respect du consommateur.
Contact : Sylvain Turina, tél. 06 62 50 24 80.
Site : www.syndicat-simples.org

L’Atelier :
Fondé en 1989, l’A.T.E.L.I.E.R.( Association Textile Européenne de Liaison, d’Innovation, d’Echange et de Recher-
che) est né de la volonté d’une coopération solidaire entre personnes souhaitant valoriser la laine et les fibres animales et en faire, de nouveau, un élément de développement local. Ses membres (éleveurs, tondeurs, petites filatures, artisans, fermes pédagogiques,
etc.) travaillent la laine dans des régions dites « défavorisées ». Le besoin de se regrouper venait d’une même aspiration : faire des
produits de qualité, en tirer un revenu acceptable et assurer des prix abordables aux clients, sans tomber dans le piège de l’exploitation d’autrui. Autant d’objectifs impossibles à concilier pour un producteur isolé. L’association née en France s’est étendue petit à
petit à l’Europe. Une Charte définit des critères communs que chaque membre s’engage à respecter.
Contact : Marie-Thérèse Chaupin, tél. 04 92 25 71 88.
Site : http://perso.orange.fr/atelier.laine

RESEAU Ecobâtir :
Le réseau Ecobâtir est un réseau d’acteurs de la construction écologique, qui s’engagent à adhérer et
respecter une charte s’articulant autour de trois fondements :
- l’environnement et la santé : respect de l’environnement et de la santé des usagers et des constructeurs, lors de la fabrication, du
transport et de la mise en œuvre des matériaux ;
- les sociétés humaines et la nature des échanges économiques : prise en compte de la globalité des processus, équité et pratique de
la coopération entre les acteurs ;
- les cultures et savoir-faire : respect des cultures constructives et des savoir-faire locaux.
Contact : Alain Marcom, tél. 05 61 83 15 56.
Site : www.reseau-ecobatir.asso.fr

ARESO :
L’Association Régionale des Éco-constructeurs du Sud-Ouest - est une association de personnes motivées par l’acte
d’écoconstruire, le désir d’écohabiter et le partage d’expériences sur ces thèmes. C’est un lieu d’échange de pratiques et de réflexions, laissant autant de place aux questions techniques qu’aux analyses théoriques, et où le débat est roi.
Ses membres sont liés par une charte faisant référence à la conception bioclimatique et à la sobriété énergétique des bâtiments, à
l’usage des matériaux naturels et des énergies renouvelables, à l’intégration de chaque chantier dans une économie le plus possible
locale, à la valorisation des savoir-faire traditionnels mais aussi des innovations pertinentes, enfin à des valeurs d’équité sociale et
de respect des personnes.
Contact : Alain Marcom, tél. 05 61 83 15 56.
Site : www.areso.asso.fr


Pour en savoir plus :
Jordy van den Akker (Nature & Progrès) tél. 05 63 53 41 47
Bernard Marrey (Minga) tél. 01 48 09 92 53