Accueil > Actus du réseau

Education

Déclaration liminaire de la FCPE 31 au CDEN

Communiqué du lundi 8 septembre

10 septembre 2008

Ecoles : une rentrée chaotique et à marche forcée

Monsieur le Préfet, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, il serait grand temps que l’Education Nationale
mette enfin l’enfant à sa juste place, c’est-à-dire au centre des préoccupations du système éducatif.
Lors de cette rentrée, les besoins des enfants et les inquiétudes des familles ont été totalement ignorés
par l’institution.
La réforme de l’enseignement primaire a été imposée sans concertation avec les membres et les
partenaires de la communauté éducative. Ses modalités de mise en œuvre, fixées dans la précipitation,
et qui n’ont pu être explicitées clairement aux parents avant les congés d’été, ont plongé les familles
dans un grand désarroi quant à l’organisation de toute l’année scolaire.

Le décret, portant l’organisation d’une semaine scolaire à quatre jours, occulte totalement les besoins et
les rythmes bénéfiques indispensables à l’enfant, largement développés dans de nombreuses études.

Deux heures d’enseignement hebdomadaires retirées aux enfants, soit plus de 10% d’enseignement en
moins pour tous, des programmes alourdis donc plus d’enseignement, des classes un peu plus
surchargées cette année encore, de moins en moins d’élèves de deux ans accédant à la scolarisation,
cela concerne des listes, des stocks d’élèves issus des statistiques, mais non des individus en devenir.
La FCPE 31 refuse la perte des deux heures d’enseignement hebdomadaire pour tous. Elle ne demande
pas moins d’école mais une école adaptée aux enfants qui permette une différentiation des parcours ;
elle demande une meilleure répartition de l’enseignement dans la semaine qui prenne en compte
l’intérêt supérieur de l’enfant.

Ainsi, Monsieur le Préfet, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, « Il ne faut pas troquer une organisation
pertinente pour les rythmes des enfants contre une formule qui ne sied qu’aux adultes » (JJ Hazan,
président de la FCPE nationale- la gazette des communes du 1/09/2008).

La FCPE 31, refuse cette réforme et exige que soient réintégrées, pour tous les élèves, 26 heures de
cours hebdomadaires, réparties sur neuf demi-journées
.
Pour la FCPE, il est inacceptable que les élèves les plus en difficulté soient isolés dans la semaine ou
pendant les vacances, donc stigmatisés par rapport aux autres enfants qui bénéficient dans le même
temps, de loisirs éducatifs. Ils doivent bénéficier eux aussi de sept semaines de classe pour deux
semaines de repos.

Cette marginalisation des enfants démontre bien que la surcharge des classes ne permet pas de prendre
en charge tous les élèves dans leur diversité.

La FCPE revendique 25 élèves par classe, le maintien et le développement des RASED qui apportent
une aide réellement adaptée aux enfants en difficulté et ce, pendant le temps scolaire, un
accompagnement à hauteur des besoins des enfants en situation de handicap, par des AVS (auxiliaires
de vie scolaire) à statut pérenne
.

Le discours du ministère se retranche derrière le soutien aux 15% d’élèves en difficulté pour promouvoir
cette réforme ; la FCPE ne s’y trompe pas : deux heures de cours en moins pour tous, c’est autant de
postes d’enseignants supprimés. Plus que tout discours, la préparation du budget 2009 en est la
démonstration : 13500 suppressions d’emplois programmées, soit, dans le cadre triennal dans lequel ce
budget s’inscrit, plus de 40 000 postes promis à disparition sur les rois ans, à rajouter aux 11 200
suppressions de cette année !

Tout n’est sans doute pas question que de postes en matière éducative, mais nous affirmons que rien ne
pourra se faire dans cet acharnement d’un « toujours moins de postes » ! L’école ne retirera aucun
bénéfice de réformes à marche forcée, encore moins lorsqu’elles aboutissent à de vraies régressions et
une dégradation toujours plus marquée du service public laïque d’éducation.
Rien ne pourra évoluer non plus, si l’Etat ne cesse de se désengager de ses missions, transférant hors de
l’école, sur les familles et les collectivités, les responsabilités envers tous les élèves, qui sont les siennes,
augmentant de fait les inégalités.

La FCPE exige d’autres choix en matière de politique éducative et continuera à se mobiliser afin que
l’Ecole de la république reste un repère pour tous les citoyens car l’Education forge les valeurs de
l’avenir.


Conseil départemental des parents d’élèves de la Haute-Garonne - 100, avenue Frédéric Estèbe – 31 200 Toulouse
Tel. 05 34 40 57 70 Fax. 05 34 40 57 79 - e-mail : contact chez fcpe31.org - Site : www.fcpe31.org