Accueil > Actus du réseau

Sécurité

Le « Taser » à Toulouse : la dérive sécuritaire continue.

Communiqué de la Ligue des droits de l’homme de Toulouse

4 octobre 2007

Le « Taser » à Toulouse : la dérive sécuritaire continue.

Ainsi la Municipalité de Toulouse continue d’enfermer les habitants dans la politique sécuritaire, et s’y enferme elle-même.

Tout récemment elle a commencé à équiper des rues du centre-ville de caméras de surveillance à la demande des commerçants. Il est clairement évoqué que ce n’est qu’un début dans un processus de surveillance généralisée.

Et maintenant, il est annoncé que les policiers municipaux vont être équipés, (après les pistolets P38, armes létales, c’est-à-dire mortelles…) du fameux pistolet « Taser X26 ». C’est un pistolet électrique, destiné à immobiliser à distance, sous une décharge de plusieurs milliers de volts, la personne que son utilisateur voudra neutraliser. Des études indiquent qu’il est réellement dangereux, voire mortel dans certains cas.

Que devient, avec de tels équipements, la mission essentielle de la police municipale ? La notion de contact, de médiation, d’apaisement, de dialogue, disparaît au profit du danger de « neutralisation » des personnes jugées dangereuses, ou tout simplement suspectes, par les policiers qui en seront détenteurs.

La Ligue des droits de l’Homme, à Toulouse comme ailleurs, n’accepte pas cette « sherifisation » de la vie municipale, qui ne peut qu’accentuer le sentiment d’insécurité de la population et engendrer un sentiment de peur vis-à-vis de la police.