Accueil > Actus du réseau

Pollution

Le risque toxique existe toujours à Toulouse à proximité immédiate du futur Canceropôle

11 juin 2007

Communiqué de presse des Amis de la Terre de Midi-Pyrénées :

« Accident chimique à ISOCHEM Société Nationale des Poudres et Explosifs (SNPE) : Le risque toxique existe toujours à Toulouse à proximité immédiate du futur Canceropôle.
Ce matin avant 7 heures un énorme nuage d’acide chlorhydrique s’est échappé d’une cuve située sur le site de la SNPE ISOCHEM. Ce nuage toxique que certains ont pris pour du brouillard, tant il était dense, constituait un risque majeur pour la population, mais les pouvoirs publics n’ont été informé que plus d’une heure après l’accident et n’ont pu ainsi réagir dans l’urgence.
L’exercice de simulation réalisé en 2006, avait déjà démontré qu’il fallait au moins une demi-heure au PC de crise pour envoyer les secours sur place.

Aujourd’hui la démonstration est de nouveau faite qu’en situation de fait, le PC de crise ne peut alerter les populations qu’après le passage du nuage dans le rayon de 500 m où il présente des risques irréversibles pour ceux qui le respirent : le danger était tel que les employés de la SNPE ont dû se confiner eux même tant ce nuage était corrosif.

Nous rappelons que le futur Canceropôle jouxte les zones SEVESO de la SNPE. Comme nous le dénonçons depuis de nombreuses années, ce site, situé en zone inondable et à proximité de terrains encore lourdement pollués et chargés des milliers de tonnes de nitrocellulose des ballastières, constitue une des zones les plus dangereuses de l’agglomération toulousaine.
Les fenêtres du futur Hôpital, des laboratoires et différents bâtiments vont s’ouvrir sur un environnement extrêmement toxique, vraisemblablement pour de longues années encore...
Ce secteur est toujours une zone aux risques prévisibles et probables, encore plus insupportables depuis le 21 septembre 2001. Les bilans des impacts sociaux et environnementaux sont là pour le rappeler.

La catastrophe d’AZF a eu lieu il y a presque 6 ans déjà. Ce nouvel accident prouve que les Toulousains vivent toujours au coté d’un pôle chimique industriel et ses zones SEVESO qui menacent l’agglomération toulousaine et l’ensemble du biotope du bassin de la Garonne. »

Alain Ciekanski
Président des Amis de la Terre de Midi-Pyrénées
22 place du Salin 31000 Toulouse