Accueil > Actus du réseau

Justice

Les Faucheurs Volontaires d’OGM de Toulouse ne font pas appel

... mais continueront leur lutte…

17 septembre 2008

Jeudi 4 Septembre, le Verdict du Procès de Toulouse a condamné 41 Faucheurs Volontaires d’OGM. Ceux-ci ont décidé collectivement de ne pas faire appel.

Ils constatent que dans son jugement, le Tribunal a évité toute peine de prison effective, en condamnant les uns à des sursis, les autres à des jours-amendes. Le Tribunal a implicitement reconnu que les Faucheurs n’agissaient pour leur propre intérêt mais pour le bien commun, que les OGM pouvaient « masquer un danger avéré et à l’ampleur mal définie, faute de protocoles d’évaluation actualisés et suffisamment pertinents ». Le Tribunal a de même relevé que le maïs Monsanto 810, fauché en 2006, était aujourd’hui « interdit à la culture, par décision gouvernementale en 2008 ». Le Tribunal a compris la logique des Faucheurs qui avaient déclaré « avoir épuisé tous les autres moyens d’action proposés aux citoyens d’un Etat démocratique » et « avoir agi en état de nécessité ». Les Faucheurs prennent acte de cet état de fait judiciaire, même si leurs avocats avaient plaidé la légitime relaxe.

Se soumettre à une décision de justice ne signifie pas en accepter le contenu.

Un seul aspect a fait hésiter les Faucheurs, c’est la volonté du Tribunal de les asphyxier financièrement avec les jours-amendes, les dommages, les frais de justice pour plus de 100 000 €. Les Faucheurs surmonteront solidairement l’obstacle, soutenus par l’immense majorité de la population, qui à plus de 80 % rejette les OGM. Nous les appelons à nous aider et nous soutenir en adressant des chèques de soutien à l’association « Sans Gène », 10 rue du colonel Driant, 31400 Toulouse.

D’autres procès attendent les Faucheurs et le verdict de Bordeaux, en Octobre, sera particulièrement analysé. Les Faucheurs Volontaires d’OGM sont bien décidés à continuer l’action, persuadés qu’ils sont en train de gagner la bataille sur le respect du principe de précaution et donc de l’interdiction de la culture des OGM en plein champ.

Pour les Faucheurs Volontaires de Toulouse, François Simon et Jean Michel Clavel