Accueil > Archives > Archives - Magazines en ligne

Numéro 12

À l’heure du bouclage de ce numéro
12, dont le dossier est consacré à l’eau,
s’ouvre le procès Vivendi-Jean-Marie
Messier. Concours de circonstance s’il
en est — et bien qu’il ne s’en réfère pas
au sujet qui nous occupe — ce procès ne
va pas sans rappeler les tractations menées
de main de maître entre compagnies
privées de l’eau et municipalités, dans les
florissantes années 1970 : dettes rachetées,
campagnes politiques financées, parties
fines entre initiés, les occasions furent
alors légion de pactiser avec le privé, au
détriment, bien souvent, du service public
et de la péréquation. L’usager n’ayant
plus qu’à payer les coûts de ces dépenses
« d’influence », facture après facture.
Il reste à souhaiter aujourd’hui que ce
type de procès fasse école, poussant les
actionnaires des multinationales à davantage
de surveillance envers les agissements de
leurs dirigeants. Ce qui, on peut toujours
rêver, pourrait aussi conduire vers un
assainissement des affaires…
Sur le sujet de l’eau, la rédaction tient ici
à remercier Pierre Besse de l’association
Terr’ eau1 pour sa disponibilité, son
expertise, son regard éclairé et éclairant :
car en effet, comment continuer à prélever
l’eau « potable » quasiment à l’endroit
même où nous déversons nos toilettes ? Face
aux enjeux, des rencontres s’organisent et
nous sommes tous, aujourd’hui, invités
à donner notre avis à propos de l’état de
l’eau.
Avec l’arrivée dans nos pages d’une
chronique paysanne, écrite par Stéphane
Lessieux, paysan dans le Volvestre, un
nouveau rendez-vous trimestriel vous
est donné. Autre nouveauté : une page
est dédiée à des ouvrages (revue, livres).
En couverture et dans le dossier, Cédric
Kahn photographie l’eau tandis que le
portfolio revient, par la vision de Frédéric
Scheiber, sur la grève à Freescale.
Et puis, l’été est pour bientôt, alors nous
vous invitons à une balade cartographiée à
travers des lieux propices à la baignade — il
y en a encore et, a priori, il devrait y en
avoir de plus en plus !
Bonne lecture, bonne estive !

Hélène Duffau