Accueil > Actus du réseau

Environnement

Vers un Grenelle tiède et sans saveur ?

Communiqué de presse d’Alliance pour la planète–

2 octobre 2007

Paris, le 2 octobre 2007

– C’est inquiets que les représentants de l’Alliance pour la planète sont
sortis de la première réunion « inter-collèges » qui s’est tenue ce matin à l’initiative du ministère de
l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables (Medad), pour discuter des modalités
d’organisation des prochaines étapes du Grenelle de l’environnement.

« À trois semaines de la négociation finale, prévue a priori pour les 25 et 26 octobre (date non
confirmée), de larges zones d’ombre demeurent sur de nombreux aspects, déplore Yannick Jadot,
directeur des campagnes de Greenpeace France et porte-parole de l’Alliance. Tel que c’est parti,
on risque de se diriger vers un Grenelle tiède et sans saveur, où les mesures sur les sujets les plus
lourds, et donc les plus importants, seraient reportées aux calendes grecques. Ce serait un beau
gâchis, après deux mois de réunions et de débats au sein des groupes de travail... »

Premier problème : les synthèses des groupes de travail (voir le document ci-joint). Depuis la
publication de ces documents par le Medad jeudi dernier, l’Alliance a effectué un travail de
relecture minutieux, comparant les versions publiées et celles qui étaient censées avoir été
validées par les groupes de travail, et a relevé quelques pratiques ne pouvant relever d’erreurs
commises dans la précipitation. Ainsi, comment, contrairement aux engagements répétés du
ministre Borloo, certaines synthèses ont-elles pu être modifiées après avoir été validées par les
participants ? Comment d’autres ont-elles pu être publiées jeudi dernier sans être validées ?

« Malgré nos demandes d’explication et de rectification adressées au Medad, aucune mesure de
correction n’a été engagée, déclare Daniel Richard, président du WWF France et porte-parole de
l’Alliance pour la planète. Le Medad, renvoyant la responsabilité aux présidents des groupes de
travail aujourd’hui dissous, ne nous a fourni aucune réponse satisfaisante. »

D’autre part, pourquoi le moratoire judiciaire sur les actions d’information sur les OGM n’a-t-il pas
été respecté ? Pour rappel, Greenpeace a été condamné hier lundi 1er octobre pour avoir réalisé,
avec Yann Arthus-Bertrand, une photo alertant l’opinion publique sur les risques de contamination
(voir communiqué de presse ci-joint).

Quant à la négociation finale, le Medad s’est engagé aujourd’hui à fournir dès vendredi aux
différents collèges représentés, une première version du document devant servir de base pour
l’étape clôturant le processus unique.

« L’Alliance continuera de défendre le même niveau d’ambition et d’exigence. Nous n’accepterons
pas d’objectifs qui ne seraient pas accompagnés de mesures concrètes et financées, à la hauteur
des enjeux écologiques », déclare Daniel Richard.

Nicolas Sarkozy et Jean-Louis Borloo vont devoir résister à la pression des lobbies – Medef,
FNSEA, UIPP, FNTR, EDF, etc. – qui, sous couvert de réclamer évaluations et études d’impact, ne
cherchent en réalité qu’à reporter les transformations indispensables de la société auxquelles ils
résistent depuis trop longtemps.

« Toute tentative de contourner les sujets conflictuels et de limiter le Grenelle aux seuls mesures
prétendument consensuelles, mais tout à fait insuffisantes pour modifier la donne en profondeur,
serait incompatible avec l’ambition affichée par le président de la République et le numéro deux de
son gouvernement, Jean-Louis Borloo, conclut Yannick Jadot. La balle est dans leur camp : entre
les OGM et le bio, entre de nouvelles autoroutes et plus de ferroviaire et de transports en commun,
entre un EPR et des économies d’énergies ou des renouvelables, entre des incinérateurs et le tri
sélectif, entre la gestion des politiques publiques par les lobbies et la démocratie écologique, il va
falloir choisir. »