Accueil > Actus du réseau

Environnement

Voeu du Nouvel An au préfet de région de « Plus jamais ça, ni ici ni ailleurs »

7 janvier 2008

"Plus Jamais Ça" fait un vœu pour la nouvelle année : que le préfet de région et ses services arrêtent de contredire aujourd’hui ce qu’ils ont dit hier !

Le 19 décembre 2007 nous apprenons dans la Dépêche du Midi que Monsieur Carenco, Préfet de Région, s’est engagé à la plus grande transparence sur le sujet de la dépollution des ballastières des bords de Garonne. Il annonce que les 4700 tonnes d’explosifs rendus très instables par un séjour d’un demi-siècle dans l’eau, ne seront pas traitées sur place et qu’un appel d’offres est lancé pour les déplacer et les traiter au loin.

La veille, la Direction Générale de l’Armement déclarait dans le cadre très officiel de la préfecture et devant les associations de riverains qu’il semblait peu probable de pouvoir traiter la nitrocellulose ailleurs que sur le site lui-même, compte tenu de la dangerosité extrême du transport de ce produit. Cette information ne nous avait pas surpris, elle confirmait le discours embarrassé qui nous a été tenu depuis plus de deux ans. La vérité est que la solution du problème des ballastières reste pour l’instant non définie, car quelle que soit la voie choisie, elle sera hautement périlleuse.
Deux discours contradictoires donc : un discours étayé et sérieux à destination des associations qui assurent une veille active sur leur environnement de quartier, et un discours à destination du grand public nettement déconnecté de la réalité, destiné sans doute à brouiller dans l’œuf les craintes qui commencent à poindre parmi les futurs salariés du canceropôle. En effet, ces craintes remettraient fortement en cause l’ouverture de ce complexe, si les organisations syndicales ruaient dans les brancards. Or le projet du cancéropôle est un lieu d’engagement majeur de la municipalité et de l’agglomération toulousaine. Et dans moins de 3 mois, il y a des élections…

Dans cette histoire toulousaine qui passe les siècles et les années, les gogos et les menteurs sont toujours les mêmes puisque nous ne saurions taxer les services de l’Etat et leurs représentants d’incompétents.

Plutôt que d’en rester à des effets d’annonce sans lendemain de la part de l’Etat, nous souhaiterions enfin des actes constructifs et une réelle transparence dans les instances de « concertation » pour voir disparaître définitivement cette poudrière aux portes de Toulouse.

Plus Jamais Ça, Ni ici ni ailleurs — Croix de Pierre
105 avenue de Muret 31300 Toulouse
pjcnina.cdp chez wanadoo.fr
http://www.pjcnina.fr