Accueil > Formations > Programme > Archives

La maison eco-autonome

Objectifs

Nous construisons actuellement un bâtiment écologique et autonome à la ferme de la Bouzigue. Il fait l’objet d’un projet global d’expérimentation, réflexion, démonstration autour de la construction écologique, de l’énergie et de l’assainissement écologique.

Ce projet a été récompensé par le prix Henri Vernhes 2009, catégorie développement durable organisé par l’agence régionale pour l’environnement et La Poste.
Voir : http://www.arpe-mip.com/html/1-5947-Prix-Henri-Vernhes-2009.php

Objectifs généraux

  • Faire découvrir et démontrer le réalisme de solutions simples écologiques par leur mise en pratique.
  • Construire un bâtiment expérimental de démonstration à visée pédagogique pour tous types de publics.
  • Permettre au public de s’approprier ces pratiques lors de stages : les expérimenter avec une personne ressource qui les maîtrisent.
  • Créer une dynamique collective : créer des liens, croiser les publics, identifier les personnes ressources sur des compétences particulières.
  • Répondre à des besoins précis d’un lieu et réaliser une constructions pérenne et durable permettant d’assurer la création d’activités par la suite.

Ceci autour de 4 thématiques :

  • L’auto éco construction,
  • Les énergies renouvelables,
  • L’assainissement écologique
  • Les chantiers collectifs

Objectifs spécifiques

Sur le lieu de la Ferme pédagogique de la Bouzigue :

  • Construction d’un petit bâtiment (36m2) comprenant un espace de stockage de matériel (12m2) et un espace couvert, ouvert sur l’extérieur permettant de réaliser des ateliers, de servir de buvette, d’accueil lors des journées portes ouvertes... La réalisation de cette construction permettra de rassembler les différentes étapes et techniques de l’auto éco construction et de faire connaître un éventail de solutions écologiques liées à l’habitat et à la vie quotidienne.
  • L’objectif est de rendre cette construction, au final, autonome en énergie, en eau et en assainissement.
  • Divers équipements permettront de mettre en avant l’utilisation, la diversité et la pertinence de l’utilisation des énergies renouvelables.
  • Un système de récupération et stockage des eaux pluviales sera réalisé pour garantir l’approvisionnement du bâtiment.
  • Afin de récupérer les eaux usées du bâtiment, un système de lagunage avec plantes phytoépuratrices sera réalisé.
  • Fabrication du mobilier à partir de meubles récupérés et réhabilités et/ou de carton. Ils serviront pour le bâtiment de stockage/atelier.

Fonctionnement général du projet

La construction de ce bâtiment comprenant la réalisation des équipements qui le rendront autonome sera découpée en tranches et s’étalera sur 2 ans environ.
Le projet a démarré en mai 2009.

En premier lieu des formations/initiations théoriques sont organisées au local de Friture sur les diverses techniques abordées. Ces initiations se dérouleront en soirée durant la semaine sous la même forme que les soirées initiations aux techniques de la construction écologique qui se sont tenues durant l’année 2008/2009 : trois à quatre heures de formation avec une pause repas/grignotage, moment privilégié d’échange et de rencontre entre participants. Ces formations permettent de vulgariser les thématiques tout en gardant un ancrage professionnel. Ces formations répondent ainsi autant aux attentes des curieux, des amateurs que des professionnels.
Voir : Initiations aux techniques de la construction écologique

Dans un deuxième temps, des stages pratiques sont organisés pour un certain nombre des thématiques abordées, c’est au cours de ces stages que débutent les réalisations concrètes sur site.
Ces stages se déroulent sur un ou plusieurs jours, de préférence le week-end. Ils comprennent une petite partie théorique afin de donner un cadre à la partie pratique qui occupera la plus grande part de la formation. Lorsque le bâtiment sera construit (ossatures, remplissages et isolation, sols, toiture), viendront s’ajouter les équipements garantissant son autonomie.

Pour terminer les phases de construction, des chantiers collectifs sont organisés avec des bénévoles associatifs et locaux, des participants à des chantiers internationaux, des jeunes de quartiers défavorisés dans le cadre de programmes de sensibilisation à l’écologie et à la citoyenneté. Un des objectifs principal de ces chantiers collectifs est de favoriser la mixité entre ces différents publics : ruraux, urbains, peri-urbains, d’âges, d’origines et d’aisance économique divers.

  • Première collaboration entre Friture, Etudes et chantiers et la ferme de la Bouzigue en septembre 2008 pour la construction de toilettes sèches : http://www.friture.net/spip.php?article2172
  • Deuxième collaboration entre Friture, Etudes et chantiers et la ferme de la Bouzigue en septembre 2009 pour la finition des toilettes sèches : http://www.friture.net/spip.php?article3086
  • Chantier participatif avec Etudes et chantiers pour la protection de la structure de la maison eco-autonome

Cette construction expérimentale servira, au cours et après sa réalisation, de bâtiment de démonstration. Elle sera, tout d’abord, utilisée comme outil pédagogique à destination des nombreuses classes de primaire qui viennent à la ferme pédagogique de la Bouzigue. Elle pourra être utilisée comme bâtiment de démonstration à destination de tous publics dans le cadre d’ateliers ou de simples visites par diverses associations travaillant dans les domaines de la construction écologique, des énergies renouvelables, de l’éducation à l’environnement... etc.

La maison eco-autonome sera un outil au service des associations, des institutions, des entreprises et du public d’une manière générale.

Les techniques de construction et équipements de la maison eco-autonome

1. Structure ossature bois
Après avoir bâtit les fondations de manière alternative, le premier stage pratique a porté sur les techniques de construction ossature bois (murs, toiture, sol) adaptable à différentes méthodes de remplissage et d’isolation.
Des assemblages simples ont été réalisés avec du bois d’essence locale. Les techniques de conception, tracé, assemblage, levage ont été étudiées.
Il a été mis un accent tout à fait particulier sur les avantages écologiques, économiques et sociaux de l’utilisation du bois dans les constructions ainsi que les énormes potentialités que procure ce matériau.
Voir : http://www.friture.net/spip.php?article2429

2. Toiture en bardeaux sciés et ventilés
La plus grande des deux parties du toit a été couverte en bardeaux de bois. Habituellement réalisée en Mélèze, nous avons ici choisi d’utiliser une essence locale et meilleure marché : le Douglas. Ses propriétés lui permettent de résister durablement aux intempéries et à l’action du soleil.
Les bardeaux ont été sciés à la dimension de 1 mètre de long par 10 centimètres de large par 1,5 centimètres d’épaisseur. Ils ont été prépercé et cloué sur des liteaux et demi-liteaux garantissant une bonne ventilation.
Voir : http://www.friture.net/spip.php?article3012

3. Toiture végétale
Le principe de la toiture végétale (appelé aussi : toit vert ou toit végétalisé) consiste à recouvrir d’un substrat végétalisé un toit plat ou à faible pente.
Une partie de la toiture (partie stockage) sera recouverte d’un toit végétal, la charpente aura été renforcée en prévision du poids supplémentaire inhérent à ce type de couverture. Des essences locales et adaptées seront choisies pour constituer la couverture végétale.
Les toitures végétales ont des intérêts écologiques, sanitaires, techniques, paysagers, sociaux et économiques.
Tous ces aspects seront abordés lors des formations théoriques et pratiques.

4. Remplissage et isolation
L’ossature sera conçue pour pouvoir accueillir et expérimenter divers types de remplissage et d’isolation : murs en paille avec enduit terre et terre-chaux ; pisé ; remplissage terre-paille ; fabrication et pose de brique de terre ; bardage bois....etc.
Certaines parties resteront aménagées de manière à pouvoir voir et comprendre les particularités de chacune de ces techniques.

5. Récupération d’eau de pluie
La récupération d’eau de pluie consiste en la mise en place d’un système pour stocker l’eau de pluie et l’utiliser par la suite. Elle nécessite une installation qui peut varier dans sa complexité suivant l’utilisation finale (à but de consommation comestible ou non).
Dans le cas de la construction de la Bouzigue, l’eau récupérée servira à alimenter un évier et un système de douche extérieure, directement en ce qui concerne l’eau froide, au travers d’un chauffe eau solaire pour l’eau chaude, le trop plein se déversera dans le système d’assainissement écologique.
Un système de « mini château d’eau » permettra d’assurer le relevage de l’eau récupérée depuis la toiture vers une citerne grâce à une pompe solaire et de fournir ainsi de la pression dans le circuit.
Un système de filtration adapté sera mis en place sur le circuit.

6. Système de phytoépuration
Autrement appelé « épuration des eaux usée par bassins plantés », ou parfois : « lagunage », la phytoépuration est une solution écologique pour la question de l’épuration autonome des eaux usées. Il s’agit d’utiliser des plantes pour filtrer et épurer les eaux usées.
Le système de phytoépuration récupérera les eaux issues de l’évier et de la douche extérieure. La ferme de la Bouzigue comporte actuellement un système classique d’épuration par fosse septique, ce système alternatif d’épuration permettra de faire des comparaisons entre les deux systèmes.

7. Chauffe eau solaire
Un chauffe-eau solaire est un dispositif de captation de l’énergie solaire destiné à fournir de l’eau chaude pour différents usages : sanitaire, appoint chauffage, piscine, ...
Il s’agit pour ce projet d’autoconstruire le chauffe eau solaire et de l’installer sur le bâtiment afin de montrer son fonctionnement global même si cet équipement ne sera pas aussi performant qu’un équipement vendu dans le commerce. L’eau chaude produite alimentera la douche et l’évier par gravité.

7. Panneau photovoltaïque
L’achat et l’installation d’un petit équipement photovoltaïque permettra de produire une partie de l’énergie utilisée dans la maison (éclairage intérieur, éclairage extérieur, pompes). Le circuit sera laissé en évidence pour qu’il garde un aspect pédagogique. La fonction de chaque élément doit être facilement compréhensible par des adultes comme des enfants.

8. Eolienne
Une éolienne de petite taille sera autoconstruite, elle alimentera le bâtiment pour les mêmes utilisations que le panneau photovoltaïque. Le surplus d’énergie pourra être utilisé par la ferme de la Bouzigue.

9. Biogas et méthanisation
Des digesteurs de démonstration vont être réalisés, ils permettent de recycler le méthane dégagé par la fermentation de la matière organique. Ce gaz peut ensuite être utilisé sur un brûleur ou une gazinière. Les résidus serviront d’amendement sur les cultures de la ferme.

Viabilité à moyen et long terme

Le projet du bâtiment de la ferme de la Bouzigue est un le début d’une série d’interventions sur des lieux de Midi-Pyrénées. Il constitue, en fait un projet pilote reproductible et adaptable suivant les besoins des lieux d’accueil.
Friture souhaite consolider ce type d’actions par son rôle de passerelle/relais des alternatives et de noeud de réseau. La liste des intervenants et la diversité des ateliers va s’étoffer avec le temps pour faire découvrir et toucher au grand public les potentialités offertes par les techniques liées au développement durable.
L’intérêt de ce projet réside dans le fait que sa viabilité s’impose d’elle même puisqu’il s’appuie sur la durabilité des équipements réalisés autant de preuves qu’il existe des alternatives à explorer pour permettre aux générations futures de trouver leur bien être sur la planète que nous leur aurons laissée.